R14 | Sofian Jouini | 24 mars 2018


le 24 mars prochain l’occasion nous est donnée de découvrir le travail de nos deux chorégraphes nantais le même jour, sur deux évènements distincts : Alors que Sofian Jouini présentera une maquette du travail en cours à Vanves (à 17h) pour la 20e édition d’ArtdanthéJulien Grosvalet se préparera à rejouer son TSUNAMI (à 21h) au théâtre Berthelot de Montreuil, dans le cadre du Festival Les Incandescences/Journées Danse Dense.

Du coup on fait comment ? On se retrouve à Vanves pour la maquette de Sofian, après quoi on file à Montreuil assister au Tsunami de Julien !



NATURES | Sofian Jouini
Présentation de maquette

SAMEDI 24 MARS 2018 | 17h | Salle la Palestre, 36 rue Antoine Fratacci, 92170 VANVES
Ou : rendez-vous à 16h à la salle Panopée
INFORMATIONS | RESERVATION

© [H]ikari production

Chorégraphie et direction artistique Sofian Jouini  | regard extérieur Guillaume Bariou | création vidéo Loïs Drouglazet | Production [H]ikari Production
Coproductions CCN de Nantes, La Villette – Résidences d’artistes (Paris) | NATURES reçoit le soutien du Théâtre de Vanves, scène conventionnée danse
A l’occasion de la 20e édition du festival Artdanthé et pour la 3e année consécutive, la [Déca]danse vous propose de découvrir différentes formes : mises en espace, work in progress, créations, matériaux de recherche, vidéos d’artistes. Les projets en cours présentés seront accompagnés par le Théâtre de Vanves jusqu’à leur création la saison prochaine ou la suivante.
Sofian Jouini y présentera une étape de travail de son projet “NATURES”, samedi 24 mars 2018 dans le cadre du parours #2, rendez-vous à 16h à la salle Panopée.
Sofian pose la question du rapport de l’individu à son corps, et du rapport de celui-ci au design et à l’architecture dans un objet hybride entre la conférence dansée, l’auto-analyse et le laboratoire d’images. Quelle sédentarité peut exister pour des corps voués au mouvement et à l’évolution? Où en est cette quête millénaire pour l’immatérialité? Alors que l’humain s’affranchit chaque jour un peu plus de ses contraintes charnelles, «  NATURES » se pose là, comme une plongée dans le corps et ses représentations, interroger la sédentarité, le nomadisme, les usages du corps, mésusages et absences d’utilisation, au plus près de l’anatomie et du quotidien. Son projet NATURES, dont une étape de travail sera montrée au public, se pense comme une drôle de confrontation fantasmo-scientifico-idéologique avec le corps comme aire de jeu.


TSUNAMI | R14 – juliengrosvalet
Création 2018

SAMEDI 24 MARS 2018 | 21H | Théâtre Berthelot | 6 Rue Marcelin Berthelot, 93100 Montreuil | contacts@dansedense.fr I 01 49 15 40 24
INFORMATIONS | RESERVATION

Chorégraphie Julien Grosvalet | Créé et dansé par Laida Aldaz Arrieta, Grégory Alliot, Lise Blanc-Fassier, Arthur Orblin, Régis Badel | Regard extérieur Jean-Christophe Paré | Création sonore Erwan Coutant | Création lumière Vincent Saout | Conception des éléments scénographiques Rozen Ulliac | Costumes Bérengère Marin et Julien Grosvalet | Production /Administration/Diffusion [H]ikari Production
Création soutenue par: Ville de Nantes / Conseil Départemental de Loire-Atlantique / Région des Pays de la Loire / SE.S.TA Prague / Les Fabriques, Nantes / Les Eclats, La Rochelle / le Point Ephémère, Paris / Les Journées Danse Dense, Paris Coproducteurs Le Théâtre, Scène Nationale de Saint-Nazaire; CCNN de Nantes. | La Cie R14 | juliengrosvalet reçoit le soutien de la fondation E.C Art Pomaret

Création pour cinq interprètes, Tsunami  se compose de trois parties distinctes qui résonnent les unes aux autres en dehors de toute chronologie logique. Nous ne sommes pas là dans la narration d’une hypothétique catastrophe, mais dans la représentation d’états de corps à cet instant où tout bascule.
Rendre les corps disponibles à l’instant présent, qu’ils soient dans la non-représentation et présents  ici et maintenant.
Pris dans un tourbillon infini, les cinq danseurs évoluent dans une structure chorégraphique clairement définie. Ils savent seulement à l’instant T. ce qui va arriver  et ne savent jamais lequel d’entre eux agira.
Ils négocient sans-cesse avec eux même et  le reste du groupe. Il sont sur le fil et unissent leurs énergies pour trouver l’équilibre.
Ils créent et recréent chaque fois une nouvelle géométrie spatiale. Des vides et des pleins se forment et se déforment. Chaque individu entre en communication avec l’énergie des autres à la façon d’une micro-démocratie, distordant ainsi l’espace et le temps. Ils sont reliés les uns aux autres dans leurs choix et leurs réactions, offrant à chaque représentation une nouvelle possibilité.
La lumière est leur fil conducteur, qui emmène le spectateur de l’obscurité la plus totale à la surexposition des corps sur le plateau. De l’ombre à la lumière, du chaos à la reconstruction : la résilience.