Gaël Rougegrez | Cie GR infini

capsule vidéo – Gaël nous parle de PROJET h
Présentation du prototype aux professionnels le  15 janvier 2021
Théâtre Francine Vasse, Nantes

En production : PROJET h

Représentation réservée aux professionnels

Vendredi 15 janvier 2021, 16:00 | Théâtre Francine Vasse, 18 Rue Colbert, 44000 Nantes

Demander votre place


Idée et conception Gaël Rougegrez et Fredster | Chorégraphe interprète  Gaël Rougegrez | Costumes Fredster et Cécilia Delestre | Illustrations Fredster | Musique Fabrisio Modonese Palumbo | Production  déléguée [H]ikari Production 

Partenaires Théâtre Francine Vasse / Les Laboratoires Vivants, CCN de Nantes | Accueils en résidence Le 783, Nantes, La Fabrique des Dervallières, Nantes, CCN De Nantes | Aide à la création Conseil Départemental de Loire-Atlantique, Région des Pays de la Loire

Durée 30mn environ


Vêtu d’un costume indescriptible, un étrange personnage célèbre un rite de passage dont nous sommes les témoins. Dans PROJET h, Gaël Rougegrez met en mouvement les représentations de la masculinité. Il nous emmène sur le  «territoire des hommes» aux multiples facettes, entre force, fragilité, sensualité et dérision.
Pour cette pièce il collabore avec Fredster, artiste graphiste, qui dans ses dessins explore la diversité des masculinités. Ses techniques de dessin trempé qui jouent notamment sur l’apparition et la disparition des formes et des couleurs, ont enrichi la gestuelle et la matière chorégraphique de ce projet.
Dans ce solo Gael Rougegrez déballe la grande collection des costumes d’Homme. Il atteint les limites de l’équilibre, il explore les nuances, les couleurs, les recoins, de ce qui mis bout à bout constitue le paysage des hommes.

PROJET h – teaser

Biographie

Gaël intègre à 13 ans le CNR de Lille et conclut sa formation au CNSMD de Paris. 

Sa carrière professionnelle débute au sein du CCN de Nantes dirigé par Claude Brumachon.  Il deviendra par la suite interprète pour d’autres chorégraphes, comme : Hervé Maigret, Maryse Delente, Emilio Calcagno, Angelin Preljocaj ( CCN d’Aix en Provence).

Il est aujourd’hui interprète dans la Cie Blanca Li notamment pour “Le Jardin des délices”, “Robot”, “Solstice” et de la Cie R14 – juliengrosvalet.

Il collabore également depuis 2015, dans des rôles dansés, avec le metteur en scène Renaud Boutin sur des revisites d’opéra tel que “Le Médium” de Menotti, “Le pauvre Matelot” de Milhaud et une opérette “Le Mikado” de Gilbert et Sullivan.

En 2016, il crée sa propre compagnie, GR infini, autour de “Passage”, un projet video danse.

Il est également diplômé d’état de Professeur de danse depuis juillet 2019 et s’intéresse aux diverses actions culturelles. 


Compagnie GR infini

Site officiel de la compagnie


C’est en m’interrogeant sur les différentes rencontres chorégraphiques et gestuelles que j’ai traversé pendant mes presque quinze années d’interprète, que je me suis demandé comment elles pourraient nourrir mes propres propositions chorégraphiques.

Très vite, j’ai centré mes réflexions et mes recherches autour de la rencontre de l’autre et l’influence de l’environnement dans lequel on évolue. Quelle que soit la nature du lien, professionnel, filial, amical ou amoureux, nous avons tous ce besoin de l’autre pour être pleinement soi et nous sommes tous sensibles à ce qui nous entoure.

J’ai crée  ma première pièce “Passage” (en collaboration avec Christine Labadie danseuse interprète, et Quentin Allaert réalisateur vidéaste) qui traite de la rencontre de deux individus, un homme et une femme, aux âges et aux expériences différents, à travers lesquels se construit ce lien indicible qui nous rapproche les uns des autres.

Par la suite, “Passage” a remporté le premier prix du concours “Jeunes chorégraphes” organisé par l’association Sobanova (Paris). C’est sur cette impulsion que se créé GR Infini.

Ce nom m’évoque les chemins multiples que je souhaite explorer, les chemins de grande randonnée (GR). Ces chemins je les vois infinis, convaincu que la route prévaut sur la destination. 

La transversalité est au cœur de mon processus créatif, je puise ainsi dans d’autres disciplines artistiques de nouvelles matières pour enrichir ma gestuelle.

Je conçois mon travail chorégraphique comme une réflexion sur nos identités et dans lequel le geste, l’espace, peuvent être sans cesse transformés, modelés.

Dans ma première création “Passage”, j’ai travaillé sur le lien interindividuel avec cette conviction profonde que l’autre nous permet d’être pleinement soi et que la relation interpersonnelle est fondamentale à l’identité de chacun. 

Dans “PROJET h”, j’explore à nouveau un élément central qui constitue ma propre identité, un élément à la fois universel et unique à chacun; la masculinité.