Sofian Jouini

NATURES | Projet de création 2017-2018

Chorégraphie et direction artistique : Sofian Jouini – Elise Glory | Interprétation : Brice Bernier (distribution en cours) | Création musicale : Guillaume Bariou | Création lumières : Willy Cessa | Création vidéo : Karim Bouheudjeur | Illustrations : Ismaël Boulfelfel | Production : [H]ikari Production

Hikari_nantes-Sofian-jouiniVoilà maintenant quelques années que ma vision de l’environnement qui m’entoure s’est distordue. Elle a cessé de mettre les bons mots sur les bons objets, elle a aussi cessé de les identifier et de les verbaliser instantanément.

Au lieu de cela je me suis confortablement installé à la toute extrémité de mes nerfs optiques, loin de ma culture, de celle de mon environnement, plus proche du crocodile et du singe qui habitent mon cerveau que du jeune homme éduqué et articulé que je suis.

Ce point de mire, sur moi et le monde qui m’entoure, c’est un luxe que j’ offre à mon humanité, de peur de la perdre, de peur qu’elle ne me quitte à jamais. Parce que contrairement à ce qu’on pourrait croire et qu’on prend pour acquis, l’homme peut perdre son essence, Il peut vraiment tout…

Dans ce monde où le son et l’image ne sont plus les barreaux horizontaux et verticaux de la prison qui m’héberge, je me rends bien compte que le consensus sociétal sur lequel se fonde notre humanité est un ersatz du trésor enfoui en chacun de nous.

C’est une interface pratique entre notre âme, notre cœur et notre cerveau, pour gérer des tâches quotidiennes qui nous incombent.

Alors il fallait faire passer cette sensation, cette idée que nous regardons sans voir, écoutons sans entendre et aimons sans amour…

Car les mots que nous posons sur cette illusion qu’est la vie ont été fourvoyés. Les mots nous ont séduits et les images nous ont emprisonnés, nous sommes sortis de nous-mêmes pour ne plus vivre que par l’image et le mot…

Et le voilà, l’individu, l’homo sapiens sapiens, perdu entre la salvation de son âme et son rendez-vous de ce soir, tiraillé entre une quête du bonheur standardisée et une image de soi en lutte continue avec ce standard.

Que faire ? Se rendre, se laisser aller dans ce fleuve surpuissant ou replonger en soi ?

Nous sommes arrivés au point où l’humain, de plus en plus rejette la société qu’il a créé. Il tend à s’éloigner de celle-ci dans un reflexe instinctif de préservation.

Comment a-t-il franchi les étapes pour en arriver là ? Quelles sont les idées qu’il a le plus détournées de leur essence pour les rendre abjectes à ce point ?

L’étude des lieux clefs de notre société, des villes et des architectures nous permet d’envisager la ville comme une projection bâtie de notre inconscient collectif.

Ainsi la ville, ses rues, ses églises, ses boutiques, ses immeubles d’ habitation et ses espaces verts nous offrent une lecture de la société que nous avons élaboré pragmatiquement siècle après siècle, génération

après génération, idée après idée.

Les lieux décisifs, ceux qui déterminent le plus l’existence des individus sont pour moi les plus intéressants. Ils sont une source inépuisable de faits, d’émotions, de débat. Ils génèrent une force inouïe ainsi qu’une emprise sur les individus quasi indéfectibles.

C’est cette emprise sur l’humain que je souhaite traiter par le mouvement, par la posture et la stature du corps, par les changements de son état et par les marques qu’il peut porter.

Car sans chair il n’y a pas d’esprit, quoiqu’on en dise.

C’est avec le corps que nous allons parler, c’est avec le corps que nous allons voir et percevoir notre environnement, car si notre humanité s’ évapore peu à peu, notre corps lui, toujours présent, a énormément de choses à nous raconter.

Sofian Jouini


Sofian Jouini

Né en 1985, Sofian Jouini passe ses sept premières années à Tunis avant de suivre ses parents en France. En 1999, sur les traces de son frère aîné il intègre HB2, l’école de danse Hiphop de Yasmin Rahmani. Après un passage au sein de C’West, le groupe prend son envol en créant KLP. Sofian participe aux premières créations collectives : Le Sous-sol en 2003 et Sissa en 2006. Il écrit avec Brice Bernier Insolents Solistes, leur premier duo, qui voit le jour en 2008.

En 2011, Sofian écrit Tour of Duty, une plongée au cœur de l’Histoire de New York et du Hiphop. La pièce s’accompagne d’un documentaire, fruit de ses recherches sur place. La création a lieu à Nantes puis au Théâtre des Abbesses à Paris, avant de partir aux Etats-Unis (Washington DC et NYC). Fort de cette belle impulsion il produit la saison suivante un concert dansé interprété par les danseurs de KLP et les musiciens et rappeurs de BackPack Jax qui sera joué huit fois en trois semaines dans le quart sud-est des Etats-Unis.

Dans le cadre du festival Les Indisciplinés, il crée en 2014 Stranger Me pour l’EPCC Onyx La Carrière, une réflexion sur le thème de “la poignée de main” (fil rouge du festival), menée avec des collégiens français et roumains.

En 2015, dans la continuité de cette recherche sur le rapport à l’espace et à l’altérité initiée avec Stranger Me, il collabore avec l’Ecole Nationale Supérieure d’Architecture de Nantes à l’élaboration d’un dispositif forain pour les arts vivants ainsi qu’à leur recherches autour de la redéfinition d’un lieu pour la danse.


Créations précédentes au sein du collectif KLP

e-nondation |chorégraphie de B. Bernier assisté de Sofian Jouini 2015 | Coproduction Théâtre de la Ville / Les Abbesses, ONYX – La Carrière | Créé le 10 septembre 2015 au Théâtre de la Ville / Les Abbesses de la Ville de Paris

Stranger me | chorégraphie de Sofian Jouini, 2014 | Commande du Festival Les Indisciplinés sur le thème “hand shake”

The French Connexion | chorégraphie de Sofian Jouini, 2013 | concert dansé avec les danseurs de KLP et musiciens de backpack Jax | Tournée de 3 semaines, 6 villes, sud-est des États-Unis, entre le 20 mai et le 10 juin 2013.

Tour of Duty | Chorégraphie de Sofian Jouini, 2011 | Coproduction “Initiatives d’Artistes en Danses Urbaines”- La Villette, Paris / ONYX – La Carrière, scène conventionnée danse | Créé le 15 mars 2011 à ONYX – La Carrière, scène conventionnée danse Saint-Herblain (44)

A story about… being free | Chorégraphie Karim Bouheudjeur, Jean-Patrick Cosset, K20 et Brice Bernier, 2010 | Festival Off d’Avignon. 2010 – création ADAMI | Créé le 16 avril 2010 à ONYX – La Carrière, scène conventionnée danse Saint-Herblain (44)

Insolents Solistes | chorégraphie Brice Bernier et Sofian Jouini , 2008 | Grand Prix 2009 du 15e Concours Chorégraphique du Festival des Synodales de Sens | 3e Prix 2010 du Concours Danse Elargie du Théâtre de la Ville de Paris | Créé en avril 2008 à ONYX – La Carrière, scène conventionnée danse Saint-Herblain (44)

Sissa | création collective, 2006 | Prix Beaumarchais/SACD 2006 de soutien aux jeunes auteurs – Festival H2O d’Aulnay sous bois | Créé le 1er avril 2006 au Théâtre Boris Vian de Couëron (44)


Si vous souhaitez en savoir plus, rencontrer Sofian ou discuter coproduction, vous pouvez contacter directement Gaëlle Seguin : gaelle[at]h-ikari.com